citations préférées


« … mais […] qui s’en va […] l’œil bien ouvert, l’oreille aux aguets, la narine frémissante, la main prête à caresser le poli d’une graine, le velouté d’une feuille, le nacre d’un coquillage, la luisante écaillure du serpent, la courbe parfaite de cet os ramassé sur la plage ? Qui sait encore admirer, s’étonner, rendre grâces, en un mot : vivre ? ».
Théodore Monod, (1902-2000) in Et si l’aventure humaine devait échouer, Grasset, 2000

« Qu’est-ce que la vie ? C’est l’éclat d’une luciole dans la nuit. C’est le souffle du bison en hiver. C’est la petite ombre qui court dans l’herbe et se perd au couchant ».
Crowfoot, (1821-1890), porte-parole des Blackfeet.

« Je tisse comme une araignée du ciel le fil qui relie les rêves et la réalité, et dans ma toile j’embarque l’espoir absolu ».
Mathias Malzieu in Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi (2005)

« L’homme qui s’est assis sur le sol de son tipi, pour méditer sur la vie et son sens, a su accepter une filiation commune à toutes les créatures et a reconnu l’unité de l’univers ; en cela, il infusait à son être l’essence même de l’humanité ».
Chef Luther Standing Bear (Ours Debout) (1868-1939)

« Être proche de toutes les créatures de la terre, du ciel et de l’eau était un principe actif et réel.  Un sentiment fraternel avec le monde des animaux et des oiseaux permettait de vivre en sécurité parmi eux. Et certains Lakota étaient si proches de leurs amis à plumes et à poils qu’ils échangeaient en toute fraternité un langage commun ».
Chef Luther Standing Bear (Ours Debout) (1868-1939)

« Ces paroles que tu tisses sont autant de fils de la toile qui te relie à autrui ».
Khalil Gibran in L’œil du Prophète

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *